Pour Eclectic Campagne(s) 2020, nous avons souhaité inviter le collectif de paysagistes et architectes Atelier Bivouac à venir en résidence à La chambre d’eau pour réaliser une transformation des espaces naturels autour du Moulin des Tricoteries. Ils sont actuellement en période d’immersion (du 1er au 5 juillet) pour découvrir le terrain, le territoire et les personnes qui l’occupent et le parcourent (artistes, bénévoles, salariés, habitants…).

Note d’intention du collectif :

De la grande à la petite échelle.

Nous attachons une grande importance à faire dialoguer les différentes échelles du territoire dans nos réalisations. Les espaces que nous transformons convoquent et racontent les paysages issus des grandes dynamiques qui transforment les territoires, qu’elles soient géologiques, végétales, humaines ou économiques... Comment, en intervenant dans le parc du moulin des Tricoteries, parler du paysage dans lequel il s’inscrit? Travailler sur l’espace du moulin des Tricoteries, c’est s’intéresser aux paysages agricoles et productifs de l’Avesnois, c’est poser la question du lien entre activités humaines et paysages qu’elles engendrent. Un des axes de recherche porte sur les notions d’ingénierie ou d’ingéniosité paysanne. Tout système productif inscrit des lignes dans le paysage. Ici, ces lignes sont celles de haies, des clôtures, du bief, etc. Le projet s’intéresse à la manière dont on peut développer autour du moulin une écriture contemporaine, tant esthétique que pratique, de ces lignes.

Travailler dans un contexte rural à une création collective

Nous voyons dans ce projet de résidence l’opportunité de poursuivre le travail que nous avons engagé depuis plusieurs années sur la création en milieu rural, qui est pour nous un terrain d’expérimentation et d’innovation. Il s’agira également pour nous de réfléchir à la question du vivre et du faire ensemble, qui est au coeur de notre pratique. Le moulin des Tricoteries, de par sa vocation originelle de production de farine, était un lieu d’échanges et de rencontres entre les paysans y apportant leur blé. Aujourd’hui ce brassage vient des événements et résidences organisés par La chambre d’eau, et du fait qu’autour de l’équipe gravite un groupe actif de bénévoles.

Dans ce contexte, nous envisageons ce projet artistique comme un temps de recherche collective, de chantier-performance et de moments conviviaux. Nous proposons d’inventer un dispositif afin que chacun puisse participer à l’émergence de nouveaux imaginaires, réinventer le rapport aux espaces extérieurs du moulin, et participer à une création artistique collective.

Le festival eclectic campagne(s)

Notre projet de résidence s’inscrit dans le temps long, en proposant 3 temps de résidence en 2019-2020 permettant d’explorer les paysages de l’Avesnois à différentes saisons et d’aborder les cycles qui animent le site du moulin. Cette recherche au long cours permet aussi de réfléchir en amont du festival eclectic campagne(s) à une intervention qui dialogue avec les artistes invités à produire une oeuvre. Il s’agira de réfléchir à une intervention inventant une nouvelle scénographie de l’espace, permettant une appréhension originale des espaces investis au cours du festival.

La ressource et l’assemblage

Face à la nécessité de repenser notre manière d’(a)ménager les territoires, qui soit moins consommatrice de ressources, tant financières que matérielles, nous mettons au coeur de nos projets la frugalité comme principe fondateur. Pour ce faire, l’idée est de mener sur les espaces du Moulin des Tricoteries et dans les alentours des inventaires à travers lesquels il s’agira de révéler, de quantifier, et de mobiliser les ressources matérielles, végétales et humaines que le territoire du projet recèle afin d’engager sa transformation. Ce travail d’inventaire consiste tout d’abord à adopter un regard ouvert sur les éléments présents sur un site, de tous les considérer sans à priori : tout matériau peut potentiellement « faire projet ». Viendra ensuite le temps d’assembler ces ressources, de les mettre en forme pour composer ou recomposer un espace. L’idée est de mettre au point des assemblages simples, des mises en oeuvre accessibles à tous, et qui, par leur reproduction ou répétition, forment des motifs de paysage.


Crédits photo : Atelier Bivouac